l'ostéopathe et sa boite à outils

 

L'ostéopathe possède dans sa boite à outils plusieurs types de techniques manuelles qui ont pour but de redonner de la mobilité aux différentes structures qui composent le corps.

Cette mobilité retrouvée, la fonction de la structure est à nouveau rétablie.

Le corps est composé de liquides (majoritairement!), de tissus mous (le tissu conjonctif et fascia, les muscles, les viscères....), de tissus nerveux (les nerfs, l'encéphale), de tissus durs (les os), d'articulations...

L'ostéopathe utilise donc des techniques différentes pour libérer ces différents tissus et leur permettre de fonctionner les uns avec les autres dans une grande liberté de mouvement.

Ces techniques sont adaptées à chaque patients (selon son âge, ses antécédents, sa douleur, son motif de consultation) et dans le respect de la non douleur.

 

 

Le craquement : Kézako?

Il existe des techniques structurelles (il y en a beaucoup!) dont les techniques dites de haute vélocité et basse amplitude: HVBA.

Ces techniques articulaires permettent grâce à une grande technicité, une grande rapidité d’exécution et une petite amplitude de mouvement  de l'articulation de libérer les contraintes articulaires et péri articulaires.  Elles ont aussi des actions nerveuses ortho ou para sympathiques (qui jouent à distance sur les sphères viscérales).

"Je déteste quand ça craque, ça me fait peur":

Ces techniques peuvent être (très!) impressionnantes car elles émettent parfois un craquement. Elles sont réalisées dans le respect des structures anatomiques.

L'origine de ce craquement n'est pas bien déterminé par la communauté scientifique mais la théorie de la "cavitation" est la plus répandue (il s'agit de l'apparition de poche d'air et de bulle dans l'articulation)

Pour en savoir plus, je vous conseille cet article : https://www.osteopathie-france.fr/articles/crac/1079-craquement

 

"Il m'a fait craquer, j'ai eu super mal! "

Bien réalisées, ces techniques  NE DOIVENT PAS ÊTRE DOULOUREUSES.

(si elles le deviennent, refusez la manipulation!)

 

"Si ça ne craque pas, je ne suis pas soigné(e)":

Il faut noter que l'apparition du bruit lors de la manipulation n'est pas gage de réussite de la technique. Après manipulation, le thérapeute vérifie la qualité de la mobilité de la structure et constate si il y a eu amélioration ou non.

Dans certains cas, la pratique de techniques structurelles est strictement interdite: heureusement, les techniques tissulaires sont aussi parfaitement efficaces!

 


 

Alors, tu fais craquer?

J'attache une grande importance à la libération des tissus mous par des techniques tissulaires douces, un travail viscéral (thoracique, abdominal et pelvien) et un travail crânien (liquidien et membranaire).

Il faut aussi redonner une notion de globalité au corps qui après trop de compensations fonctionne souvent "en kit".

Si toutefois, chez l'adulte,  des restrictions articulaires ne se libèrent pas grâce aux techniques tissulaires, je peux avoir recours aux techniques d'HVBA pour retrouver l'entière mobilité de la structure.

Quelle que soit la méthode.... ce qui est important, c'est le mouvement!